Partenaires |  Nous joindre |  Intranet |  Blog |  English

La Canadienne est une race laitière développée au Canada Français à partir de bovins importés de la Bretagne et de la Normandie au XVIIème siècle. La Canadienne est la seule race bovine laitière propre à l’Amérique du Nord. À l’origine, elle n’est pas issue de brassages génétiques et, jadis, elle était exclusivement et intimement liée au terroir québécois. La Canadienne est aujourd’hui sérieusement menacée. Elle a bien failli disparaître en raison des croisements avec la race « Brown Swiss ». Il reste très peu de bêtes de race pure, mais on observe un engouement pour la sauvegarde et la valorisation de la génétique de la Canadienne ancestrale. Il est primordial de la valoriser afin d’assurer un avenir à cette race du patrimoine québécois.

Caractéristiques de la race

Plusieurs orientations existent pour la caractérisation de la race bovine Canadienne, mais la tendance actuelle est de privilégier et de restaurer les caractéristiques ancestrales. D’ailleurs, le collectif de Charlevoix s’est orienté vers la recherche du type ancien et archaïque, très fonctionnel et profitable pour son programme de valorisation de la race.

Portrait type de la race bovine Canadienne

Gabarit:

La Canadienne est une race de type laitier spécialisé de taille petite à moyenne. Les vaches ont un poids qui varie entre 400 et 500 kg pour une hauteur au garrot de 130 cm. Pour les taureaux, le poids moyen est de 800 kg.

Coloration :

La plupart des bovins canadiens arborent une coloration de la robe distinctive et primitive, c’est-à-dire une robe noire avec raie dorsale et mufle plus pâles. La robe peut aussi être noire, brune ou rousse. Plusieurs nuances existent entre le noir et le brun selon les différentes parties du corps, mais généralement, le mufle, le dos, le pis ou le scrotum sont de couleur plus pâle. La robe bleue (bleu rouan) ou bringée ont été des colorations acceptées par le passé, mais elles n’ont pas été observées depuis longtemps. Les veaux naissent clairs et la coloration définitive apparaît vers l’âge de 4 mois.

Sabots, muqueuses et extrémités noirs.

Tête et cornes :

La tête est longue, expressive, à front étroit et à profil droit.

Lorsque les cornes sont présentes, elles sont relativement longues et, en général, contournées vers le haut. Elles peuvent être blanches à bouts noirs, noires ou brunes.

Corps :

Le corps est assez long avec une poitrine profonde, un dos droit et des hanches larges et saillantes. La peau est fine. Les jarrets sont secs et bien dessinés et l’ossature et les membres sont fins.

La mamelle est de forme sèche et anguleuse. Elle est très souple et bien développée. En général, elle devient flasque après la traite.

Aptitudes et performances

La Canadienne est une race laitière spécialisée qui produit un lait économiquement rentable dans un système de terroir où les conditions sont difficiles et rigoureuses. D’ailleurs, la Canadienne a toujours été considérée d’une grande rusticité, démontrant un tempérament vif et éveillé. Au cours des siècles, elle a hérité d’une grande sobriété, de résistance et de robustesse en faisant face aux rigoureuses conditions climatiques du nouveau continent. Ces qualités lui confèrent une vie plus longue (les vaches de quinze ans ne sont pas rares) ainsi qu’une bonne fertilité et une facilité de vêlage légendaire. La production laitière moyenne des vaches est de 5000 kg de lait avec des taux de 4.3% en matières grasses et de 3.6% en matières protéiques. C’est pourquoi il est important de maintenir voire améliorer ces qualités qui rendent la race Canadienne très profitable dans un système d’élevage et de production comme celui de la filière Charlevoix.

Rusticité :

« C’est la capacité d’un animal à produire et à se reproduire en exploitant au mieux ce que lui offre le milieu dans lequel il évolue, avec un minimum d’apport extérieur (Source : INRA Marcenat – UPRA Tarentaise)».

Adaptabilité aux systèmes en conditions difficiles :

Ce qui signifie que l’animal présente une grande frugalité et une très forte résistance aux variations de température. Cela signifie aussi que l’animal est bien adapté à la marche en terrains difficiles.

Facilité de vêlage :

Signifie que, la plupart du temps, les vêlages ne nécessitent aucune assistance.

Bonne fertilité :

Signifie que l’intervalle entre les vêlages est plus court, ce qui permet de diminuer le nombre d’inséminations dont l’incidence économique est significative.

Caractéristiques physico-chimiques du lait :

La caséine Kappa est une protéine intéressante et spécifique pour les rendements fromagers. En fait, le gène de la caséine Kappa est exprimé par deux allèles dont les allèles A, B ou E. La présence de l’allèle B pour les hétérozygotes (AB ou BE) ou pour les homozygotes (BB) améliore significativement les rendements fromagers du lait de la Canadienne. Pour une même quantité de lait et pour une teneur en protéines égales, l’allèle B de la caséine Kappa permet d’avoir plus de fromage. Actuellement, la Canadienne est au cœur d’un projet de suivi permanent pour restaurer la fréquence de l’allèle B au sein de la population et pour améliorer les aptitudes fromagères de la population de vaches canadiennes de Charlevoix (Voir 1er rapport de suivi dans la section documentation PDF).